Sea Shepherd Conservation Society

FRANCE - Sandra Guyomard

Paris

Une cinquantaine de personnes se sont réunies à proximité de l'Ambassade du Japon, le 19 novembre 2004, lors de la journée mondiale de protestation contre les massacres de dauphins au Japon, initiée par Sea Shepherd et relayée en France par Réseau-Cétacés, en partenariat avec Nomades des Océans, la SPA et le GRAAL, avec la participation très amicale de Univers-Nature et Megaptera.

Il est un peu plus de 14H00 lorsque le groupe est au complet et notre action commence sous le regard vigilant des forces de l'ordre.

Dans un premier temps, nous distribuons des affiches aux participants puis un tract d'information, pendant que Stéfane le lit (tant bien que mal du fait du bruit environnant !) à voix haute.

A chaque fois que les voitures sont à l'arrêt au feu tricolore, certains participants n'hésitent pas à aller au devant des automobilistes et à brandir les panneaux dénonçant ces odieux massacres.

Des " stop aux massacres ! " et autres slogans de protestation sont clamés.

A ce moment là, nous sommes à quelques dizaines de mètres de l'Ambassade du Japon.

A la demande de plusieurs participants, nous décidons de nous rapprocher encore plus de l'Ambassade et finalement nous nous avançons jusqu'à quelques mètres seulement de l'entrée.

L'un des officiers de police présents sur place nous confirme que le bruit que nous faisons "dérange" l'Ambassade !

Puis, nous sommes rejoints par une Journaliste japonaise indépendante, spécialisée dans les sujets liés à l'environnement et la santé, nous répondons à ses questions.

Nous sommes donc maintenant tous devant l'Ambassade, munis de nos pancartes, criant toujours nos slogans, plus déterminés que jamais !

Un peu avant 16H00, et après avoir fait signer la pétition en rapport avec cette action, nous annonçons la dispersion de la foule...

A noter : dans le même temps, nous avons reçu un appel téléphonique de I-Télévision (Groupe Canal +) qui semble intéressé par une diffusion d'images montrant les massacres, à suivre...


Paris

Journée mondiale de protestation contre les massacres de dauphins au Japon
samedi 20 novembre 2004 - de 14h00 à 19h00 - Place Magenta à Nice

SOS Grand Bleu a répondu favorablement à l'appel de l'association Sea Shepherd et Réseau Cétacés concernant l'organisation d'une journée mondiale de protestation contre les massacres de dauphins au Japon, le samedi 20 novembre à Nice, au cours de laquelle 242 signatures ont été recueillies.

Au Japon, près de 20.000 petits cétacés (dauphins et marsouins) périssent lors de la saison de chasse qui se déroule tous les ans du 1er septembre au 31 mars. Ces massacres se répètent depuis 1986, ce avec la bénédiction du gouvernement japonais qui en autorise l’ouverture annuelle. Car cette pratique est non seulement autorisée, mais encouragée, au nom de la «tradition». Les faits nous prouvent pourtant que ces massacres n’ont plus rien à voir avec une quelconque tradition, mais notamment avec l’industrie des delphinariums et le marché alimentaire.

Rappelons que les dauphins sont protégés par de nombreuses conventions et législations internationales (Convention de Washington pour le commerce international des espèces de faune et flore sauvage menacée d’extinction).

Les chasses sont menées de deux manières : en mer, les animaux sont transpercés par des harpons puis amenés à bord des embarcations au moyen de crochets de boucher avant d’être achevés.

Près des côtes, les dauphins sont rabattus vers les plages ou dans des anses où ils sont frappés à coups de piques dans le crâne ou égorgés. Leur agonie est longue et douloureuse. Certains dauphins ne sont pas mis à mort et sont conduits dans des delphinariums au Japon, mais aussi dans d’autres pays. Ces établissements cautionnent en effet ces chasses car elles leurs permettent d’acquérir des animaux facilement, en choisissant les plus intéressants (juvéniles – c’est-à-dire faciles à dresser - ou potentiels reproducteurs) avant que le reste du groupe ne soit achevé.

Une mobilisation internationale est nécessaire pour soutenir le travail des associations japonaises de protection des cétacés et pour inciter le gouvernement du pays à mettre un terme à ces chasses.


Marseille

Un stand d'information a donc été tenu (distribution de tracts, pétitions etc…), avec la participation amicale de certains de nos Membres et de Cyber-Nature.

Lise Defrance nous précise à ce propos : " Marineland étant à 20 kms de Nice, nous avons également mis l'accent sur l'enfer des delphinariums ".

A noter également, la présence de Nice Matin.


Nice

Un stand d'information a donc été tenu (distribution de tracts, pétitions etc…), avec la participation amicale de certains de nos Membres et de Cyber-Nature.

Lise Defrance nous précise à ce propos : " Marineland étant à 20 kms de Nice, nous avons également mis l'accent sur l'enfer des delphinariums ".

A noter également, la présence de Nice Matin.